Bienvenue sur ce blog

Bienvenue sur ce blog. N'hésitez pas à me laisser un message c'est avec grand plaisir que j'y répondrai.

Pour m'écrire : lasandalerouge@gmail.com
ou vous pouvez poster directement un commentaire suite aux messages ci-dessous.

a très bientôt
cordialement
Guy Jacquemelle

lundi 13 juillet 2015

Art et Communication, le livre d'Alexandre Kson



Avant de partir en vacances, ces quelques lignes sur  Art et Communication, le très bon livre d'Alexandre Kson, que j’ai lu il y a déjà quelques mois.

Pourquoi est-on séduit par une publicité ? Pourquoi achète-t-on tel produit plutôt que tel autre ? Qu’apporte la dimension culturelle à l’expérience client ? Voyage de Lille à New York, du 17ème siècle au 21ème siècle, d’Haendel à Stromae et de Velasquez à Dali ...





Le livre d'Alexandre Kson est drôle et intelligent, il fourmille d'exemples  puisés  dans la littérature, la musique, la photographie, la peinture, les arts plastiques ou  le cinéma.

Il aborde avec beaucoup de force le pouvoir des images et des mots, l'esprit créatif, la recherche de sens et éclaire avec talent les actions que nous réalisons quotidiennement : regarder une publicité, choisir un objet, craquer pour tel produit plutôt  que pour tel autre …
On croise Jacques Séguéla, Robert Doisneau , Banksy, Françoise Sagan, Bret Easton Ellis, Boris Vian, Jean Teulé, David Lynch,  Ewan Mc Gregor et on revisite avec bonheur les campagnes  du Chocolat Lanvin,  de Perrier , du Printemps et « d'Avenir : l’afficheur  qui tient ses promesses »
Une belle réflexion sur l’économie créative et un bon livre pour les vacances. 



jeudi 26 mars 2015

« Manifeste d’une Femme de la Génération Y en 21# » de Séverine Perron




 Séverine Perron, cofondatrice d’As we are, une agence disruptive de changement qui a pour objectif de remettre l’humain au coeur des entreprises, publie «Manifeste d’une Femme de la Génération Y en 21#» aux Editions Kawa. 



Dans cet ouvrage enthousiaste et vivifiant la cofondatrice d’As we are revisite en 244 pages et en 21# (hashtags) l'entreprise avec l’impertinence de la Gen Y et l’énergie des pionnières qui ont décidé de tourner le dos à la morosité ambiante et de mener d’ambitieux projets avec cette jeune génération. 


 Pour résumer les épisodes précédents, la Génération X désignait cette génération née entre 1960 et 1981. Puis vint la génération Y ( la GenY, les Yers, les digital natives ou la net génération), cette tranche d’âge  regroupant les personnes nées entre le début des années 1980 et la fin des années 90, ces jeunes adultes nés à l’ère de l'ordinateur personnel, du jeu vidéo et d’Internet . 


Puis arrivera dans quelques années en entreprise, la génération Z, née à l’aube de l’an 2000, cette tribu qui n’arrive pas à imaginer qu’on ait pu vivre sans un Smartphone, Facebook, Twitter, Instagram, ou Snapchat.

 Séverine Perron a donc souhaité nous livrer les secrets et les atouts de cette Génération Y. Cet ouvrage est à son image et a toutes les qualités de la Gen Y : communautaire, vivant, éclectique, pragmatique et rêveur, idéaliste, fun, décomplexé, authentique,  plein de paradoxes… 


Lorsqu’on lui demande d’esquisser son auto-portrait Séverine Perron se définit comme inspirée, enthousiaste, humaniste, ouverte sur le monde et à la diversité, dans le lien, en quête de sens et d’harmonie. « J’apprécie, dit-elle, les rencontres, les aventures humaines, les parcours de vie, les cultures différentes pour créer des synergies, de la « fertilisation croisée » avec des regards différents ! »


Cet ouvrage ne propose pas de grandes théories pompeuses. Il se veut résolument concret et insuffle un état d’esprit de pionniers, de « makers», pour ceux qui souhaitent imaginer et construire demain avec sens.


Pour définir la gen Y, Séverine Perron nous propose plusieurs clés de lecture : audacieuse, interactive, hédoniste, positive, agile, ambitieuse, ouverte à la diversité …

La gen Y, c’est aussi de nouveaux comportements , un nouvel état d’esprit : une culture disruptive, « slasheuse», informée, engagée, responsable…

A l’entreprise maintenant d’être porteuse de sens et de valeurs, inventive, digitale, communautaire pour tirer le meilleur parti de cette génération qui a tant d’énergie et d’enthousiasme à partager !


Séverine Perron a également eu la bonne idée de donner la parole à 4 personnalités dans le domaine du business, du sport, de la gastronomie et de l’éducation . Citons parmi ces 4 personnalités, Philippe Gardent qui fut le fabuleux capitaine des Barjots, l’équipe de hand championne du monde en 1995. Il est maintenant entraineur du PSG Handball et a pour ambition de mener cette gen Y vers les sommets . Lorsqu’on lui demande ce qui le surprend dans la gen Y et quels sont ses défis, il répond sans hésitation : « elle me surprend par son toupet et sa créativité. Leurs défis c’est de faire ce qu’ils aiment sans avoir l’impression de travaille. »

Severine Perron, l'auteure du Manifeste d'une femme de la Gen Y en 21# , Philippe Gardent, le capitaine des Barjots, et  Xavier Wargnier, Directeur fondateur des Editions Kawa 


Cet ouvrage est une ode au changement : Managers, dirigeants, professeurs, consultants, ce livre vous donnera les clés de lecture et le GPS intégré pour bâtir le présent et le futur  avec cette génération, et l’aider à relever les défis qu’elle aura aussi à dépasser.


Une collection dirigée par Henri Kaufman, Préface de Pierre-Philippe Cormeraie 


Editions Kawa ( 29,95€)

 

Les 7 attitudes pour vivre avec la Génération Y



 

lundi 22 décembre 2014

« Les héritiers » de Marie-Castille Mention-Schaar : Un superbe film sur la transmission et le "vivre ensemble".


Il suffit parfois de quelques images pour comprendre que le film qui va se dérouler sous vos yeux laissera des traces. Tel fut le cas en découvrant « Les héritiers », le film de Marie-Castille Mention-Schaar, avec Ariane Ascaride, dans le rôle d’une prof d’histoire du lycée Léon Blum de Créteil.

Dans ce lycée difficile, qui compte 29 communautés, les profs ont toutes les raisons de
baisser les bras face à des élèves qui, eux, les lèvent moins pour demander la parole que pour se saluer entre eux, s’invectiver ou se défier. Beaucoup sont bruyants et ingérables et chaque cours est considéré comme une punition. 




Les quelques bons élèves deviennent vite des boucs émissaires. Désabusés, ces ados ne croient plus en rien et surtout pas en eux-mêmes. 


Seule une prof d'histoire (admirable Ariane Ascaride) refuse la fatalité et décide de révéler au reste de l'école et surtout à ces supposés délinquants et chômeurs en puissance, les qualités enfouies au fond d'eux-mêmes. Elle les invite à participer collectivement au concours national de la Résistance et de la Déportation organisé chaque année par le ministère de l’éducation nationale.


D'abord réticents, les élèves relèvent le défi et se transforment lentement grâce à un travail collectif et à leurs recherches historiques. Peu à peu cette jeunesse métissée, enfermée dans l'échec ou le dédain arrogant, s'ouvre à la curiosité et à une forme d'estime de soi… 


La mise en scène de Marie-Castille Mention-Schaar est sobre et efficace et parvient à arracher autant de rires et de larmes que de raisons d'espérer. Ariane Ascaride est époustouflante dans le rôle de la prof . Les lycéens sont interprétés par un mélange de vrais élèves de l'établissement et de jeunes comédiens.

Ce film est inspiré d’une histoire vraie ( la prof du lycée Léon Blum de Créteil s’appelle Anne Anglès) . Le scénario a été co-écrit par Ahmed Dramé, un des anciens élèves de cette classe de seconde. Il y tient également son propre rôle. 

Un superbe film sur la transmission.